Réseau des cégeps et des collèges
francophones du Canada

130 rue Slater, bureau 1015 Ottawa, ON K1P 6E2
Télé : 613-241-0430 | Courriel :

Texte de grandeur petite  Texte de grandeur normale  Texte de grandeur grande   
 

Publications

Mémoires

Avis présenté devant la Commission Bernard Lord

Le double mandat des institutions francophones

Les institutions d’éducation sont essentielles à la survie, au maintien et à l’épanouissement des communautés francophones en situation minoritaire.

Plus que jamais auparavant, les francophones en situation minoritaire font face à l’assimilation à la langue de la majorité. Ils ne jouissent plus de l’isolement social et géographique qui pendant longtemps les a protégé contre l’assimilation. L’envahissement constant de l’anglais associé à la globalisation sociale et économique menace d’engloutir les communautés francophones et de faire disparaître la culture française en milieu minoritaire au Canada. Cette tendance qui menace toutes les communautés culturelles minoritaires a été constatée par l’Organisation de Nations Unies. Elle est également confirmée par les statistiques récemment publiées par Statistiques Canada.

Le rôle et l’importance des institutions francophones dans la sauvegarde et l’épanouissement de leurs communautés sont attestés et reconnus par les sociologues et les tribunaux. Les gouvernements ne peuvent pas et ne doivent pas prendre des décisions ni entreprendre des actions qui ont pour effets d’encourager l’assimilation. Bien au contraire, ils doivent assurer le respect et la protection des minorités linguistiques du Canada. Il s’agit là d’obligations constitutionnelles.

Il est reconnu que les institutions de langue française ont une mission unique quant à l’épanouissement de leur communauté et parmi les institutions essentielles à la survie des communautés et à leur développement, les institutions d’éducation viennent au premier rang.

En conséquence, les communautés francophones doivent avoir accès à un réseau complet de formation en français afin de contrer l’assimilation, promouvoir leur culture et contribuer au bien-être social et économique de leurs membres et du Canada tout entier.

Certes aux niveaux primaire et secondaire, des structures de gestion scolaire minoritaires sont en place dans toutes les provinces et territoires canadiens et de plus en plus de jeunes obtiennent un diplôme d’études secondaires suite à l’enseignement dispensé dans ces structures. Malheureusement, les dangers d’assimilation rejoignent ces jeunes canadiens lorsqu’ils veulent poursuivre leurs études au niveau postsecondaire surtout au niveau collégial puisque l’offre d’une programmation adéquate n’est pas disponible. De plus, l’absence ou le nombre restreint de programmes offerts au niveau collégial a un impact sur le taux de poursuite des études en français après l’obtention du diplôme d’études secondaires Les établissements d’éducation postsecondaire de niveau collégial dispensant de la formation en français tel qu’ils existent au Nouveau-Brunswick et en Ontario (et qui devraient exister dans toutes les juridictions canadiennes) jouent un rôle de premier ordre en tant que pilier de la communauté et agent sauvegardant la langue et la culture, agent assurant la solidarité et le développement de leur communauté, agent de soutien au bien-être des personnes qui les composent, aussi bien qu’agent de développement de leurs compétences professionnelles.

À ce titre, les collèges francophones en milieu minoritaire ont un double mandat :

D’une part, comme tous les collèges d’enseignement postsecondaire de niveau collégial, un collège francophone doit dispenser une formation de niveau collégial de qualité qui corresponde aux besoins de sa clientèle et du marché du travail. À ce chapitre, le collège a tout d’abord le mandat d’accroître l’accès aux études postsecondaires dispensées en français aux francophones.

Ce volet de son mandat touche autant l’accroissement du nombre de personnes qui étudient en français que l’accroissement du nombre de programmes d’études offerts à la communauté. Il doit être présent et offrir des possibilités de formation à toutes les catégories de citoyens : aux jeunes en continuité de formation, aux adultes qui doivent parfaire leurs connaissances et mettre à jour leurs compétences, aux travailleurs qui veulent accroître leur qualifications et leurs chances dans la vie, aux apprentis qui tendent vers le statut de compagnon, aux personnes sans emploi qui veulent intégrer le marché du travail.

D’autre part en plus de dispenser de la formation, son statut de collège francophone en milieu minoritaire lui impose de favoriser également par ses actions l’épanouissement de sa communauté en créant un milieu de vie français dynamique susceptible de valoriser la culture française, la fierté d’être francophone en plus d’assumer un leadership rayonnant à l’extérieur de ses murs. Par ces actions, il contribue donc à contrer l’assimilation.

Prochaine : Les défis rencontrés

Retournez à la Table des matières

 Retour vers le haut